La biodiversité dans un jardin

herisson Comment créer ou maintenir un équilibre biologique ?

La diversité évite la propagation des parasites et des maladies. Les oiseaux sont par exemple des prédateurs très actifs d’insectes, de larves, de limaces. Les lézards luttent contre les acariens (araignées rouges et jaunes) et les pucerons. Le hérisson se nourrit de limaces, escargots, et de larves tout comme les batraciens (grenouilles, crapauds, tritons…).

Les gestes de bases pour accueillir cette faune et favoriser l’ écosystème :

  1. Arrêter d’utiliser des pesticides et des engrais chimiques
  2. Mettre en place des ‘habitats naturels : tas de bois, souches d’arbres, petits fagots de tiges creuses ou de rameaux épineux, amas de vielles pierres, briques, tuiles sont le gîte idéal pour les petits animaux et insectes pollinisateurs (qui favorisent la fécondation des fleurs)
  3. Aménager un plan d’eau : même petit, vous accueillerez rapidement toute une faune utile (libellules, grenouilles, crapauds, salamandres, oiseaux) qui s’y baigne, boit, niche et s’y nourrit.
  4. Semer une prairie fleurie de quelques mètres carré
  5. Laissez des zones « franches »non tondues ou un massif de plantes sauvages livré à lui-même, de nombreux insectes viendront s’y installer
  6. Nourrir les oiseaux l’hiver, et installer des nichoirs : Les mésanges sont des auxiliaires de grande importance au jardin, un couple peut attraper plusieurs milliers d’insectes pour nourrir ses petits, surtout des chenilles de papillons ravageurs mais aussi des pucerons, des araignées… En hiver, elles peuvent par exemple détruire la quasi-totalité des parasites du verger (ver de la pomme)
  7. La haie champêtre offre une grande diversité d’habitats où les petits animaux trouvent une protection contre les intempéries et les prédateurs

lezard

papillonQuelques idées de plantes pour la faune des jardins

Les arbres et arbustes de nos forêts sont d’une grande richesse pour les petits animaux. Noisetier, hêtre, aubépine, sureau, charme, prunellier, viorne boule-de-neige, groseillier, buisson ardent, pommiers sauvages, sorbier, houx… sont idéaux, leurs baies font le régal des oiseaux.

Les grimpantes : le chèvrefeuille, le lierre, la mûre, la vigne vierge et la clématite servent de garde-manger et de protection aux oiseaux…

Les massifs de fleurs : tournesols, cosmos, asters sont très appréciés pour leurs graines à la fin de l’automne. Ne coupez pas les inflorescences séchées, certains oiseaux comme le chardonneret s’en nourrissent.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *